google.com, pub-0288379932320714, DIRECT, f08c47fec0942fa0 GRAVIR LES MONTAGNES... EN PEINTURE

Friday, June 14, 2024

MONT INWANG  PEINT PAR  JEONG SEON / 정선

JEONG SEON / 정선 (1676-1759) Mont Inwang /Inwangsan / - 인왕산, 338 m Corée du Sud  In Après la pluie sur le Mont Inwang, 1751. Rouleau, Encre sur papier,79.2 x 138.2 cm. Ho-Am Museum, Yongin, Corée du Sud


JEONG SEON / 정선 (1676-1759)
Mont Inwang /Inwangsan / - 인왕산, 338 m
Corée du Sud

In Après la pluie sur le Mont Inwang, 1751. Rouleau, Encre sur papier,79.2 x 138.2 cm. 
Ho-Am Museum, Yongin, Corée du Sud


La montagne
Le Mont Inwang (338m) ou Inwangsan (- 인왕산) ouest une montagne située dans les quartiers de Jongno-gu et de Hongje-dong, en plein centre de la ville de Séoul, en Corée du Sud.Le nom signifie littéralement « roi compatissant/bienveillant » en coréen. La montagne couvre une superficie de 1 086 696,50 m2 et possède de nombreux pics de granit qui la distinguent des autres montagnes de Séoul. Chaque rocher porte le nom de sa forme caractéristique, comme le gicha bawi (rocher train), chima bawi ( rocher upe), iseul bawi (rosée), moja bawi (chapeau ) et jiryungii. bawi (ver). Inwangsan est célèbre pour sa silhouette, c'est pourquoi de nombreux peintres l'ont représentée dans leurs œuvres. Le mur de la forteresse de Séoul entoure la montagne dans laquelle se trouvent également le temple Inwangsa et le sanctuaire Guksadang. L'accès à certaines parties de la montagne, y compris le sommet, est limité à certains jours et heures en raison de l'emplacement d'une installation militaire couvrant différentes parties de la montagne. 

 L'artiste
Jeong Seon (정선 ) était un peintre paysagiste coréen, également connu sous les pseudonymes de Gyeomjae et Nangok. Ses œuvres comprennent des peintures à l'encre et à l'eau, telles que ainsi que de nombreuses peintures de paysages coréen d'après nature . Il compte parmi les peintres coréens les plus célèbres. Les peintures de paysages qu'il a réalisées reflètent la plupart des caractéristiques géographiques de la Corée.Son style est réaliste plutôt qu'abstrait.
Jeong fut l'un des rares peintres coréens connus à s'écarter du modèle traditionnel chinois.  Il quittait fréquemment son atelier et peignait le monde qui l'entourait, tel qu'il pouvait le voir. Ses peintures sont classées comme faisant partie de l'Ecole du Sud, mais il a développé son propre style en décrivant de manière réaliste des scènes naturelles telles que des montagnes et des ruisseaux avec un coup de pinceau toujours audacieux. Une caractéristique majeure de son travail est le mélange de zones sombres et claires, créées par des couches de lavis et de lignes d'encre. Ses montagnes sont ponctuées de forêts, elles-mêmes parsemées de brumes et de cascades. La végétation est réalisée à partir de points, une technique qui porte l'influence du peintre chinois Mi Fei (1052-1107). Le style de Jeong influencera des générations d'artistes coréens et deviendra l'une des images emblématiques du Mouvement nationalisme coréen.

______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau 

Monday, June 10, 2024

MONT FUJI (N° 29)  PAR  KATSUSHIKA HOKUSAÏ


KATSUSHIKA HOKUSAÏ (1760-1849) Fujiyama / 富士山 (3, 776 m) Japon  In 36 Vues du Mont Fuji, Mishima pass dans la province de  Kai, estampe n° 29, tirage de 1830


KATSUSHIKA HOKUSAÏ (1760-1849)
Fujiyama / 富士山 (3, 776 m)
Japon

In 36 Vues du Mont Fuji, Mishima pass dans la province de  Kai, estampe n° 29, tirage de 1830

À propos des 36 vues du mont Fuji
Trente-six vues du mont Fuji (富嶽三十六景) (Fugaku Sanjūrokkei) est une série d'estampes de paysages créées par l'artiste japonais ukiyo-e Katsushika Hokusai (1760-1849). La série représente le mont Fuji depuis différents endroits du Japon et à différentes saisons et conditions météorologiques. Les trente-six tirages originaux furent si populaires qu'Hokusai décida d'élargir la série de dix estampes supplémentaires.
Les toutes premières impressions de 1830-33 semblent aujourd'hui estompées par rapport aux versions habituellement vues mais sont plus proches de la conception originale de Hokusai. Les tirages originaux présentent un ciel bleu volontairement irrégulier, ce qui augmente la luminosité du ciel et donne du mouvement aux nuages.

Le volcan
Le légendaire mont Fuji ou Fujiyama (富士山) est situé sur l'île de Honshu et est le plus haut sommet du Japon à 3 776,24 m (12 389 pieds). Plusieurs noms lui sont attribués : « Fuji-san », « Fujiyama » ou, de manière redondante, « Mont Fujiyama ». Habituellement, les japonais appellent la montagne « Fuji-san ». Les autres noms japonais du Mont Fuji, sont devenus obsolètes comme : Fuji-no-Yama (ふじの山 - La Montagne du Fuji), Fuji-no-Takane (ふじの高嶺 - Le Haut Sommet du Fuji), Fuyō-hō ( 芙蓉峰 - Le Pic du Lotus), et Fugaku (富岳/富嶽), créés en combinant le premier caractère de 富士, Fuji, et 岳, montagne.
Le mont Fuji est un stratovolcan actif dont la dernière éruption remonte à 1707-1708. Le mont Fuji se trouve à environ 100 kilomètres (60 mi) au sud-ouest de Tokyo et peut être vu de là par temps clair.
Le cône exceptionnellement symétrique du mont Fuji, recouvert de neige plusieurs mois par an, est un symbole bien connu du Japon et est fréquemment représenté dans les œuvres d'art et les photographies, ainsi que visité par les touristes et les grimpeurs.
Le mont Fuji est l'une des trois montagnes sacrées du Japon (三霊山) avec le mont Tate et le mont Haku. C'est également un lieu spécial d'une beauté pittoresque et l'un des sites historiques du Japon.
Il a été ajouté à la Liste du patrimoine mondial en tant que site culturel le 22 juin 2013. Selon l'UNESCO, le mont Fuji « a inspiré les artistes et les poètes et fait l'objet de pèlerinage depuis des siècles ». L'UNESCO reconnaît 25 sites d'intérêt culturel dans la localité du mont Fuji. Ces 25 sites comprennent la montagne elle-même, le sanctuaire Fujisan Hongū Sengen et six autres sanctuaires Sengen, deux maisons d'hébergement, le lac Yamanaka, le lac Kawaguchi, les huit sources chaudes d'Oshino Hakkai, deux moules d'arbres de lave, les vestiges du culte Fuji-kō dans le Grotte Hitoana, chutes Shiraito et pinède Miho no Matsubara ; tandis que sur les basses Alpes du mont Fuji se trouve le complexe du temple Taisekiji, où se trouve le siège central du bouddhisme Nichiren Shoshu.

L'artiste
Katsushika Hokusai (葛飾 北斎?) est un peintre, dessinateur et graveur japonais du 18e siècle, spécialiste de l’ukiyo-e, ainsi que l'auteur d'écrits populaires, surtout connu sous le nom de Hokusai(北斎?), ou son surnom de Gakyōjin, littéralement « Vieux Fou de dessin. Au cours de ses soixante-dix ans de carrière, il a réalisé une œuvre considérable de quelque 3 000 tirages couleur, des illustrations pour plus de 200 livres, des centaines de dessins et plus de 1 000 peintures. Il a rapidement abandonné le sujet étroit traditionnellement associé à l'école du « monde flottant » (ukiyo-e) dont il faisait partie, comme les images d'acteurs populaires et de courtisane. Son œuvre influença de nombreux artistes européens, en particulier Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Claude Monet et Alfred Sisley, et plus largement le mouvement artistique appelé japonisme. Les Trente-six vues du mont Fuji (1831–1833) comptant en réalité 46 estampes dont La Grande Vague de Kanagawa (1831) sont ses œuvres les plus connues.
______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

Friday, June 7, 2024

LE VOLCAN MERAPI   PEINT PAR   SUDJONO ABDULLAH

 

SUDJONO ABDULLAH (1911-1993) Gunung Merapi  (2,914m) Indonesie (Java)  In Pemandangan Sawa dan Gunung (Rizières au pied du volcan),huile sur toile, 1950
 

SUDJONO ABDULLAH (1911-1993)
Gunung Merapi  (2,914m)
Indonésie (Java)

In Pemandangan Sawa dan Gunung (Rizières au pied du volcan),huile sur toile, 1950

 

Le volcan
Le Merapi ou Gunung Merapi (2 914m) est un stratovolcan très actif situé à la frontière entre le centre de Java et Yogyakarta, en Indonésie. C'est le volcan le plus actif d'Indonésie et il est régulièrement entré en éruption depuis 1548. Il est situé à environ 28 kilomètres (17 mi) au nord de la ville de Yogyakarta qui compte 2,4 millions d'habitants et des milliers de personnes vivent sur les flancs du volcan à quelques que 1 700 mètres (au-dessus du niveau de la mer. On peut souvent voir de la fumée émerger du sommet de la montagne et plusieurs éruptions ont fait de nombreux morts. Le flux pyroclastique d'une grande explosion a tué 27 personnes le 22 novembre 1994, principalement dans la ville de Muntilan, à l'ouest du volcan. Une autre grande éruption s'est produite en 2006, peu de temps avant le tremblement de terre de Yogyakarta. À la lumière des dangers que Merapi pose aux zones peuplées, il a été désigné comme l'un des "volcans les plus dangereux de la décennie". Le 25 octobre 2010, le gouvernement indonésien a relevé l'alerte pour le mont Merapi à son plus haut niveau et a fait eévacuer les villageois des zones menacées. Les responsables ont déclaré qu'environ 500 tremblements de terre volcaniques avaient été enregistrés sur la montagne au cours du week-end du 23 au 24 octobre 2010 et que le magma était monté à environ 1 kilomètre sous la surface en raison de l'activité sismique. Dans l'après-midi du 25 octobre 2010, le mont Merapi a éclaté et la lave a commencé à couler sans discontinuer sur ses pentes sud et sud-est. La montagne était encore en éruption le 30 novembre 2010, mais en raison de la baisse de l'activité éruptive le 3 décembre 2010, le statut d'alerte officiel a été réduit au niveau 3. Le volcan mesure maintenant 2930 mètres de haut, 38 mètres plus bas qu'avant les éruptions de 2010. Après une grande éruption en 2010, la caractéristique du mont Merapi a été modifiée. Le 18 novembre 2013, le mont Merapi a éclaté de fumée jusqu'à 2 000 mètres de haut, l'une de ses premières éruptions phréatiques majeures après l'éruption de 2010. Les chercheurs ont déclaré que cette éruption s'est produite en raison de l'effet combiné des gaz volcaniques chauds et des précipitations abondantes. En 2004, une zone de 6 410 hectares autour du mont Merapi a été érigée en parc national. La décision du ministère des Forêts de déclarer le parc a ensuite été contestée devant les tribunaux par le Forum indonésien pour l'environnement, au motif d'un manque de consultation avec les résidents locaux. Lors de l'éruption du volcan en 2006, il a été signalé que de nombreux habitants hésitaient à partir parce qu'ils craignaient que leurs résidences ne soient confisquées pour l'expansion du parc national, ce qui signifie qu'ils n'auraient pas de maison. La dernière éruption du Merapi est en date du 18 Mars 2023 et a nécessité l'évacuation de plusieurs centaines d'habitants.

Le peintre

Raden Soedjono Abdullah est né à Yogyakarta, le fils d'Abdullah Suriosubroto, un célèbre peintre paysagiste et était également le frère de Basoeki Abdullah. Il avait l'habitude d'aider son père à nettoyer sa palette et c'est ainsi qu'il a trouvé sa voie pour devenir peintre. Il a terminé ses études à HIS Indonesian Dutch School et a travaillé comme affichiste pour le Rex Theatre de Yogyakarta. Lors de la colonisation japonaise en Indonésie, Sudjono s'exhila à Parangtritis, Parangkusumo où il continua à peindre. Au cours des années 1970, Soedjono déménagea à Kertosono dans l'est de Java, où il a vécu jusqu'à sa mort. Sa peinture est beaucoup plus realiste - voit hyper réaliste même - que celle des autres peintres de sa famille.

_______________________________________
2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

 

Tuesday, June 4, 2024

LE MONT PEEL  PEINT PAR  AUSTEN DEAN



AUSTEEN DEAN (1915-2011) Mount Peel (1,743 m ) Nouvelle-Zélande

AUSTEN DEAN (1915-2011)
Mount Peel (1,743 m )
Nouvelle-Zélande


La montagne
Le mont Peel, souvent appelé Big Mount Peel (1 743 m , est une montagne située dans le sud de Canterbury, en Nouvelle-Zélande. Il se compose de trois sommets : Big Mt Peel (1 743m ), Middle Mt Peel (1 83 m) et Little Mt Peel/Huatekerekere (1 311m ). Le mont Peel appartient au ministère de la Conservation et à la station du mont Peel. Il se trouve juste au sud de la rivière Rangitata et à 22 kilomètres au nord-ouest de Géraldine.
La réserve panoramique du parc forestier Peel est la plus grande de la région de Geraldine, couvrant 769 hectares autour de Little Mt Peel/Huatekerekere.
La forêt voisine a été nommée par Francis Jollie, qui s'est installé dans la région à la fin de 1853. Jollie avait nommé la forêt en l'honneur de Sir Robert Peel, le Premier ministre britannique du Royaume-Uni décédé en 1850, l'année de la fondation de Cantorbéry. La montagne et la communauté voisine de Peel Forest ont également pris le nom de Peel.
Le mont Peel et la forêt Peel environnante contiennent de nombreux sentiers de randonnée bien entretenus et populaires.
La faune et la flore. La forêt Peel regorge d’une flore et d’une faune uniques. Les trois plus grands arbres de la forêt Peel appartiennent à la famille des Podocarpaceae, une famille très ancienne remontant à plus de 100 millions d'années. Les trois grands arbres sont le kahikatea (pin blanc), le tōtara et le matai (pin noir).

 Le peintre
Alister Austen Deans était un peintre néo-zélandais, connu pour ses paysages et pour son travail d' artiste de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Né à Christchurch dans une famille d'agriculteurs bien connue, Deans s'est intéressé à l'art dès l'adolescence. Il a étudié les beaux-arts à la Canterbury College School of Art avant de retourner travailler dans la ferme familiale. Il s'est porté volontaire pour le 2e corps expéditionnaire néo-zélandais au début de la Seconde Guerre mondiale et a été affecté au 20e bataillon. En 1941, il est nommé assistant artiste de guerre, sous la direction de Peter McIntyre. Cependant, il a été blessé lors de la bataille de Crète et est devenu prisonnier de guerre. Autorisé à peindre pendant sa captivité, son travail était un témoignage utile de la vie d'un prisonnier de guerre. Après la guerre, il étudie la peinture à Sir John Cass Technical Institute en Angleterre avant de s'installer à Canterbury. Il fut un peintre prolifique de la région des collines de Canterbury. Il a été fait Officier de l'Ordre de l'Empire britannique en 1995. Au cours de sa carrière de peintre.



_______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

 


Saturday, June 1, 2024

LE  MÖNCH PEINT PAR  FERDINAND HÖDLER

 

Ferdinand Hodler (1853-1918) Mönch (4 107 m - 13 474 pi Suisse


FERDINAND HODLER (1853-1918)
Mönch (4 107 m)
Suisse


La montagne
Le Mönch (4 107 m) (Le Moine) est une montagne des Alpes bernoises, en Suisse. Le Mönch se situe à la frontière entre les cantons du Valais et de Berne et fait partie d'une crête montagneuse entre la Jungfrau et le Jungfraujoch à l'ouest et l'Eiger à l'est. Il se trouve à l'ouest du Mönchsjoch, un col à 3 650 mètres (11 980 pieds), du refuge du Mönchsjoch, et au nord du Jungfraufirn et de l'Ewigschneefäld, deux affluents du Grand glacier d'Aletsch. Le côté nord du Mönch forme un mur en gradins au-dessus de la vallée de Lauterbrunnen. Le tunnel ferroviaire de la Jungfrau passe juste sous le sommet, à une altitude d'environ 3 300 mètres (10 830 pieds). Le sommet a été gravi pour la première fois il y a 159 ans, le 15 août 1857, par Christian Almer, Christian Kaufmann, Ulrich Kaufmann et Sigismund Porges.

Le peintre 
Ferdinand Hodler est un peintre suisse considéré comme le peintre  qui a le plus marqué la fin du 19e et le début du 20e siècle. Ami de Klimt et de Jawlensky, admiré par Puvis de Chavannes, Rodin et Kandinsky, Hodler est l’un des principaux moteurs de la modernité dans l’Europe de la Belle Époque. Son œuvre, puissante, navigue entre réalisme, symbolisme et expressionnisme. Au cours de sa carrière, il aura touché à tous les genres, privilégiant le portrait, le paysage, la peinture historique et monumentale et les compositions de figures. Hodler était surtout réputé en Suisse dans les années 1900-1910 pour ses peintures à caractère patriotique. En novembre 1900, la Poste suisse choisit sur concours son Berger de Fribourg qui sera utilisé jusqu'en 1936. En 1909, la Banque nationale suisse lui commande deux vignettes monétaires, qui deviendront le billet de 50 (« Le Bûcheron ») et de 100 francs (« Le Faucheur »), mis en circulation en 1911.  L'Institut Ferdinand Hodler, sis à Genève et Delémont (Suisse) a été fondé dans le but de réunir les ressources et les compétences utiles à l'étude et à la valorisation de l'œuvre du peintre. La création de cette institution s'est faite progressivement, à la suite du décès de l'historien de l'art Jura Brüschweiler (1927-2013), l'un des plus importants spécialistes du peintre, à qui il a consacré sa vie de chercheur et de collectionneur. L'Institut Ferdinand Hodler mène un vaste programme de recherche et de publication consacré au peintre.

________________________________________
2024 - Gravir les montagnes en peinture...

Tuesday, May 28, 2024

LA POINTE D'UBLE  PEINTE PAR  ALEXANDRE PERRIER

ALEXANDRE PERRIER (1862-1936) La Pointe d'Uble (1963m) France (Alpes)  In L'Uble, Praz de Lys, huile et tempera sur toile,1890,60x73cm, MAH (Musée d'Art et d'Histoire de Genève)

ALEXANDRE PERRIER  (1862-1936)
La Pointe d'Uble (1963m)
France (Alpes)

In L'Uble, Praz de Lys, huile et tempera sur toile,1890,60x73cm, MAH (Musée d'Art et d'Histoire de Genève)


Le relief
La Pointe d'Uble (1963m) est un sommet des Alpes française situé dans le massif du Chablais sur les communes de la Côte-d'Arbroz, Taninges et Mieussy. Située dans la vallée du Giffre, il est possible d'apercevoir depuis son sommet le roc d'Enfer, la pointe de Chalune, la Haute-Pointe, la pointe du Haut-Fleury, la pointe de Marcelly, le Môle, la chaîne des Aravis et le massif du Mont-Blanc.
 
Le peintre
Alexandre Perrier, peintre suisse, se consacre à un petit nombre de sujets, essentiellement des paysages, en particulier des vues de montagne, qu'il reprend inlassablement tout au long de sa vie : des images de Praz de Lys, du Salève vu de Collonges-sous-Salève, du mont Blanc, du Léman depuis Cologny, Mies et Clarens sur Montreux. Contrairement aux Impressionnistes, il ne peint pas en extérieur, mais dans son atelier14 d'après ses souvenirs ainsi que les notes et esquisses dont, au cours de ses longues promenades solitaires, il remplit le petit carnet qu'il a toujours sur lui. Perrier est un contemplatif, qui s'imprègne de la beauté et de l'harmonie du paysage, notamment au lever et au coucher du soleil - « heures plus mystérieuses que les autres » -, puis reproduit dans son tableau ses « visions », c'est-à-dire « toute l'émotion qu'il a ressentie dans cette communion avec les paysages qu'il aime » autrement dit la beauté, la poésie et la sérénité qu'il a éprouvées dans la nature. Il est fasciné par la lumière et c'est la présence de celle-ci « qui fait l'essence du tableau ». Il a d'ailleurs écrit dans ses carnets que son souhait le plus cher est que la personne qui regarde l'un de ses tableaux « emporte cette vision de lumière et d'atmosphère qui fait ma joie quand je me trouve en pleine nature ». Comme l'a dit Adrien Bovy, Perrier « modulait […] l'expression du mystère de la nature et de la vie. Ses tableaux étaient pour lui des poèmes. »
Il a également peint des compositions symboliques et quelques portraits.
En ce qui concerne le style de Perrier, dans la première période de son travail il a utilisé la technique de pointillisme, sans pourtant être, « comme Signac, fidèle à la loi des complémentarités et au mélange optique ». Alors que Perrier avait été considéré comme faisant partie de l'avant-garde de la peinture suisse avec Hodler et Amiet lors de l'exposition de 1902 de la Sécession de Vienne, depuis lors ne cessant « d'adapter ses moyens techniques à la nouveauté de ses sensations », n'imitant personne et étant un « artiste solitaire » dont la production diffère beaucoup de celle des autres peintres, et « ne devant rien à Cézanne, il n'était plus compris ». Dès 1910 environ, Perrier a modifié radicalement son style pictural en évoluant vers un art de plus en plus dépouillé : « matière picturale extrêmement fine et […] émancipation de la couleur par rapport au dessin », adoptant un pinceau plus libre.

________________________________________
2024 - Gravir les montagnes en peinture...

Saturday, May 25, 2024

L' AIGUILLE VERTE  PEINTE PAR  HENRI MATISSE


HENRI MATISSE (1869- 1954) L'Aiguille verte (4122m) France (Alpes)   In Les Aiguilles Vertes à la Croix Javernaz, huile sur toile,



HENRI MATISSE (1869- 1954)
L'Aiguille verte (4122m)
France (Alpes)

 In Les Aiguilles Vertes à la Croix Javernaz, huile sur toile,


La montagne
L'aiguille Verte (4122m) est un sommet du massif du Mont-Blanc, en Haute-Savoie. Elle fait partie des 82 sommets de plus de 4 000 mètres recensés dans les Alpes. Cette vaste montagne, d'accès difficile et longtemps invaincue, s'articule en trois versants :le versant sud, où se développe notamment sa voie d'ascension normale, le couloir Whymper. L'accès se fait par le refuge du couvercle (2 867 mètres). La descente par cette voie est périlleuse et suppose de tenir un horaire serré (redescendre avant que le couloir ne soit trop exposé au soleil) et d'excellentes conditions de neige et de glace ; une ligne de rappel récemment mise en place permet actuellement une descente moins risquée ; le versant Nant-Blanc, qui domine la vallée de Chamonix ; le versant nord ou versant Argentière, où l'on remarque en particulier le couloir Couturier, long toboggan de neige et de glace de plus de mille mètres de hauteur alimenté par les chutes de sérac du glacier de la Verte. En contrebas et entre ces deux versants se situe la station de ski des Grands Montets.


Le peintre

Henri Matisse est un peintre, dessinateur, graveur et sculpteur français. Figure majeure du xxe siècle, son influence sur l'art de la seconde partie de ce siècle est considérable par l'utilisation de la simplification, de la stylisation, de la synthèse et de la couleur comme seul sujet de la peinture, aussi bien pour les nombreux peintres figuratifs qu'abstraits qui se réclameront de lui et de ses découvertes. Il fut le chef de file du fauvisme. Célèbre et célébré de son vivant, Matisse aura une influence prépondérante sur la peinture américaine, et en particulier sur l'École de New York, Mark Rothko, Barnett Newman, Motherwell, mais aussi en Allemagne, au travers des élèves de son académie, Marg Moll, Oskar Moll, Hans Purrmann…Il était ami avec Pablo Picasso, qui le considérait comme son grand rival. Cette amitié, mélange d'admiration mutuelle et de rivalité est le sujet du tableau Don Pablo danse un huayno sous le regard étonné de Matisse du peintre péruvien Herman Braun-Vega.
À la première école de New York, emmené par les deux critiques Harold Rosenbe et Clement Greenberg, il convient d'ajouter la seconde école de New York avec des figures comme Frank Stella et le mouvement que Greenberg définit comme la Post-Painterly-Abstraction, le Colorfield Painting (Morris Louis, Helen Frankenthaler, Sam Francis, Jules Olitskix), ou encore le hard edge (Kenneth Noland, Mary Pinchot Meyer…). Mais également les peintres du Pop Art, dont Warhol qui déclare, en 1956 : « Je veux être Matisse», ou Tom Wesselmann, Roy Lichtenstein, qui feront d'amples citations du peintre français. En France, l'influence de Matisse se retrouve chez les peintres de Supports/Surfaces, et dans les textes théoriques du critique Marcelin Pleynet, comme Système de la peinture.
En 2015, une étude menée à l'European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble révèle au monde de l'art que le sulfure de cadmium connu aussi comme étant le pigment jaune de cadmium utilisé par Matisse est sujet à un processus d'oxydation lors d'une exposition à la lumière, se transformant alors en sulfate de cadmium très soluble dans l'eau et surtout incolore.

________________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture...

Tuesday, May 21, 2024

LA GORGE DES MOUTIERS  PAR  GEORGES BRAQUE


GEORGES BRAQUE (1882-1963) La Gorge des Moutiers (210 m) France (Normandie)  In "Varengeville", huile sur toile

GEORGES BRAQUE (1882-1963)
La Gorge des Moutiers (210 m)
France (Normandie)

In Varengeville, huile sur toile

Le relief
La Gorge des Moutiers ((210 m) offre un paysage où la mer et la roche se conjuguent. Accessible par le tracé du GR 21 à marée basse, cette valleuse vous mène vers une belle plage. Vous pouvez alors profiter d'une vue magnifique sur l'église Saint-Valéry, en haut de la falaise blanche.

Le Peintre
Georges Braque, est un peintre, sculpteur et graveur français. D'abord engagé dans le sillage des Fauves, influencé par Henri Matisse, André Derain et Othon Friesz, il aboutit, à l'été 1907 aux paysages de l'Estaque avec des maisons en forme de cubes que Matisse qualifie de « cubistes », particulièrement typées dans le tableau Maisons à l'Estaque. C'est en étudiant méthodiquement, dès 1906, les lignes de contour de Paul Cézanne, que Braque a abouti progressivement à des compositions qui utilisent de légères interruptions dans les lignes, comme dans Nature morte aux pichets. Puis avec une série de nus comme le Nu debout, et Le Grand Nu, il s'oriente, après 1908, vers une rupture avec la vision classique, l'éclatement des volumes, une période communément appelée cubiste, qui dure de 1911 jusqu'en 1914. Il utilise alors des formes géométriques principalement pour des natures mortes, introduit les lettres au pochoir dans ses tableaux, invente des papiers collés. En véritable « penseur » du cubisme, il élabore des lois de la perspective et de la couleur. Il invente aussi les sculptures en papier en 1912, toutes disparues, dont il ne subsiste qu'une photographie d'un contre-relief. Mobilisé pour la Grande Guerre où il est grièvement blessé, le peintre abandonne les formes géométriques pour des natures mortes où les objets sont dans des plans recomposés. Pendant la période suivante qui va jusqu'aux années 1930, il produit des paysages, des figures humaines et, malgré la diversité des sujets, son œuvre est « d'une remarquable cohérence. Braque à la fois précurseur et dépositaire de la tradition classique est le peintre français par excellence ». Le Cahier de Georges Braque, 1917-1947, publié en 1948, résume sa position. La Seconde Guerre mondiale lui a inspiré ses œuvres les plus graves : Le Chaudron et La Table de cuisine. La paix revenue et la fin de sa maladie lui ont inspiré les œuvres plus approfondies, tels les Ateliers, qu'il élabore souvent pendant plusieurs années, poursuivant six ébauches à la fois ainsi qu'en témoigne Jean Paulhan. Ses tableaux les plus connus sont aussi les plus poétiques : la série des Oiseaux, dont deux exemplaires ornent le plafond de la salle Henri-II du musée du Louvre, depuis 1953. Il a aussi créé des sculptures, des vitraux, des dessins de bijoux, mais à partir de 1959, atteint d'un cancer, il ralentit son rythme de travail. Son dernier grand tableau est La Sarcleuse. Deux ans avant sa mort, en 1961, une rétrospective de ses œuvres intitulée L'Atelier de Braque a lieu au musée du Louvre, Braque devient ainsi le premier peintre à être exposé dans ce lieu de son vivant. Homme discret, peu porté sur les relations publiques, Braque était un intellectuel féru de musique et de poésie, ami notamment d'Erik Satie, de René Char, d'Alberto Giacometti. Il s'est éteint le 31 août 1963 à Paris. Des obsèques nationales ont été organisées en son honneur, au cours desquelles André Malraux a prononcé un discours.
________________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture...


Saturday, May 18, 2024

LE MONT CANIGOU  PAR  EUGÈNE DELACROIX

EUGENE DELACROIX (1798-1863) Le Canigou (2,784m - 9,137 ft) France (Pyrénées)  In Album Pyrénées ,1845 - Carnet de dessins et aquarelles, Musée du Louvre, Paris

 

EUGÈNE DELACROIX (1798-1863)
Le Canigou (2,784m - 9,137 ft)
France (Pyrénées)

In Album Pyrénées, 1845, Carnet de dessins et aquarelles, Musée du Louvre, Paris



La montagne
Le Canigou (2,784m - 9,137 ft) est une montagne située dans les Pyrénées-Orientales (sud de la France), au sud de Prades et au nord de Prats-de-Mollo-la-Preste. Son sommet est un quadripoint entre les territoires de Casteil, Taurinya, Valmanya et Vernet-les-Bains. Sa situation le rend visible depuis les plaines du Roussillon et du Conflent en France, ainsi que depuis l'Empordà en Espagne. En raison de ses flancs acérés et de sa situation spectaculaire à proximité de la côte, le Canigou était considéré jusqu'au XVIIIe siècle comme la plus haute montagne des Pyrénées.Deux fois par an, début février et fin octobre, par beau temps, le Canigou peut être aperçu au coucher du soleil jusqu'à Marseille, à 250 km, par réfraction de la lumière. Ce phénomène fut observé en 1808 par le baron Franz Xaver von Zach de la basilique Notre-Dame de la Garde à Marseille. Toute l'année, on l'observe également, par beau temps, depuis Agde, Port-Camargue et la Montagne Noire.La montagne a une signification symbolique pour le peuple catalan. À son sommet se dresse une croix souvent décorée du drapeau catalan. Chaque année, le 23 juin, la veille de la nuit de la Saint Jean, jour du solstice d'été, a lieu une cérémonie appelée Flama del Canigó (Flamme du Canigou), au cours de laquelle un feu est allumé au sommet de la montagne. Les gens veillent pendant la nuit et prennent les torches allumées sur le feu lors d'un spectaculaire relais de flambeaux pour allumer des feux de joie ailleurs. De nombreux feux de joie sont allumés de cette manière dans toutes les Pyrénées-Orientales, en Catalogne, dans la Communauté valencienne et en théorie dans les îles Baléares.


Le peintre

Ferdinand Victor Eugène Delacroix était un artiste romantique français considéré dès le début de sa carrière comme le chef de file de l'école romantique française. L'utilisation par Delacroix de coups de pinceau expressifs et ses études sur les effets optiques de la couleur ont profondément façonné le travail des impressionnistes, alrors que sa passion pour l'exotisme a inspiré les artistes du mouvement symboliste. Fin lithographe, Delacroix a illustré diverses œuvres (William Shakespeare, Walter Scott et Goethe notamment).
Contrairement au perfectionnisme néoclassique de son principal rival Ingres, Delacroix s'est inspiré de l'art de Rubens et des peintres de la Renaissance vénitienne, en mettant l'accent sur la couleur et le mouvement plutôt que sur la clarté des contours et la forme soigneusement modelée. Le contenu dramatique et romantique caractérise les thèmes centraux de sa maturité et le conduit non pas vers les modèles classiques de l'art grec et romain, mais plutôt vers les voyages en Afrique du Nord à la recherche de l'exotisme. Ami et héritier spirituel de Théodore Géricault, Delacroix s'inspire également de Lord Byron, avec qui il partage une forte identification aux « forces du sublime », et aux actions de la nature, souvent violente.
Cependant, Delacroix n'était enclin ni à la sentimentalité ni à l'emphase, et son romantisme était celui d'un individualiste. Selon les mots de Baudelaire : « Delacroix était passionnément amoureux de la passion, mais froidement déterminé à exprimer sa passion le plus clairement possible ».
En 1832, Delacroix se rend en Espagne et en Afrique du Nord, dans le cadre d'une mission diplomatique au Maroc peu après la conquête de l'Algérie par la France. Il n'y est pas allé pour étudier l'art, mais pour échapper au parisianisme dans l'espoir d'approcher une culture plus primitive. Il a produit plus de 100 peintures et dessins de scènes tirées ou basées sur la vie des peuples d'Afrique du Nord, et a ajouté un nouveau chapitre très personnel à l'intérêt général porté alors à l'orientalisme. Delacroix était fasciné par les gens et les costumes, et le voyage allait éclairer le sujet d'un grand nombre de ses futurs tableaux. Il pensait que les Nord-Africains, dans leurs vêtements et leurs attitudes, fournissaient un équivalent visuel aux peuples de la Rome et de la Grèce classiques : « Les Grecs et les Romains sont ici à ma porte, chez les Arabes qui s'enveloppent dans une couverture blanche et regardent comme Caton ou Brutus..."
Il réussit à dessiner secrètement quelques femmes à Alger, comme dans le tableau Femmes d'Alger dans leur appartement (1834), mais il rencontra généralement des difficultés à trouver des femmes musulmanes prêtes à poser pour lui en raison des règles musulmanes exigeant que les femmes soient couvertes. La peinture des femmes juives d’Afrique du Nord, comme sujets du Mariage juif au Maroc (1837-1841), pose moins de problèmes.
À Tanger, Delacroix réalise de nombreux croquis des gens et de la ville, sujets sur lesquels il reviendra jusqu'à la fin de sa vie. Les animaux, incarnation de la passion romantique, ont été incorporés dans des peintures telles que Chevaux arabes se battant dans une écurie (1860), La Chasse au lion (dont il existe de nombreuses versions, peintes entre 1856 et 1861) et Arabe sellant son cheval (1855). .

_________________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture


Tuesday, May 14, 2024

DAS SCHIAHORN  PAR  HANS EGGIMANN

HANS EGGIMANN (1872-1929) Schiahorn (2,709 m -8,888 ft) Suisse  In Grand Hotel & Belvedere, Davos, 1905, affiche sur papier

 

HANS EGGIMANN (1872-1929)
Schiahorn (2,709 m -8,888 ft)
Suisse

In Grand Hotel & Belvedere, Davos, 1905, affiche sur papier

 

La montagne
Le Schiahorn (2,709 m -8,888 ft) est une montagne des Alpes du Plessur, surplombant Davos dans le canton des Grisons. Le Schiahorn est situé juste à l'est du col de Strela, où commence la voie normale vers le sommet.

L'artiste
Né à Berne (Suisse,) Hans Eggimann a étudié de 1891 à 1895 à l'Université technique de Dresde et de 1899 à 1901 à l'École Supérieure Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il a été actif dans la construction et l'architecture avant de s'intéresser à la gravure suite à sa rencontre avec Albert Welti, venu à Berne pour travailler sur un grand projet de peinture murale. Eggimann a appris la gravure et l'eau-forte auprès de Welti et, partageant la fascination de son ami pour la fantaisie et la satire, a exécuté des gravures remplies de personnages et de décors surréalistes. Il produisit aussi un certain nombre d'affiche publicitaires pour de grands hôtels de son pays. Une dépression grave et insurmontable a conduit Eggimann à se suicider en se jetant du pont Kirchenfeld à Berne.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau 

Friday, May 10, 2024

LE MONT LU / 庐山  PEINT PAR  WU GUANZHONG /吴冠中

 

WU GUANZHONG /吴冠中 (1919-2010) Lushan / 庐山 (1,474m- 4,834ft) Chine

WU GUANZHONG /吴冠中 (1919-2010)
Lushan / 庐山 (1,474m- 4,834ft)
Chine

 
Les montagnes
Lushan / 庐山 (1,474m- 4,834ft) égalemen tappelé Le mont Lust une montagne de Chine située à 36 km au sud de la ville de Jiujiang dans le Jiangxi, entre le Chang Jiang et le lac Poyang (鄱陽湖). Renfermant de nombreuses richesses naturelles (flore, faune, géologie), c’est aussi un lieu important pour l'histoire, la religion bouddhiste, la peinture et la poésie. Ces caractéristiques ont valu au parc national du mont Lu son inscription au patrimoine mondial en 1996. Le mont est également le site d'un géoparc de l'Unesco. C'est un haut lieu du tourisme. Comme beaucoup de hauteurs au sud du Chang Jiang, c’est un lieu où l’on se rendait l'été pour échapper à la chaleur. Au cœur de la montagne, dans une zone basse située à 1 167 m d'altitude, le missionnaire anglais John Liddell loua en 1895 un terrain destiné à la construction d'un village de montagne pour loger ses homologues et leurs familles, Guling , où furent bâties un millier de maisons de style occidental. Elles subsistent de nos jours, valant à cette petite ville (actuellement 46,6 km2 et 13 000 habitants) le surnom de « Suisse orientale ». On prétend que Sima Qian s'y rendit en -126. C'est sur le flanc nord que le moine Huiyuan fonda en 402 le premier groupe de prière terre pure, l'un des principaux courants bouddhistes, à l'emplacement de l'actuel temple de Donglin . Le mont Lu resta jusqu'à la révolte des Taiping un haut lieu du bouddhisme, abritant jusqu'à trois cents temples. On y trouve également des temples taoïstes, des églises et des mosquées. Le mont Lu est connu en Chine comme « terre des lettres, mont des poèmes »  De nombreux poètes le visitèrent et le prirent pour thème (plus de quatre mille œuvres).  Ses paysages ont également inspiré d'innombrables peintures. On y a découvert en 2004 une gravure pariétale de l'époque Tang (695) à l’emplacement d'un temple bouddhiste disparu. Sous le « pic des Cinq Vieillards » (Wulaofeng se trouve l'une des quatre grandes académies d'enseignement confucéen, l'Académie de la grotte du cerf blanc (Bailudong Shuyuan). Elle fut ouverte sous les Tang du Sud sous le nom d'Académie du mont Lu à l'emplacement où le poète Li You , surnommé « le sieur au cerf blanc » à cause de l’animal qu'il élevait, s’était retiré pour étudier. En 940 le célèbre néoconfucéen Zhu Xi la fit restaurer et la transforma en un important centre d’études. De notoriété limitée, Li You est parfois remplacé dans les présentations touristiques du mont par le plus célèbre Li Bai. En 1930, le mont Lu devint siège de la capitale estivale du gouvernement de Nankin. En 1937, Tchang Kaï-chek y prononça son appel à la résistance contre le Japon. Mao Zedong s'y rendit pour trois réunions centrales du PCC.
L'artiste
Wu Guanzhong /吴冠中  est un peintre et un théoricien de l'art chinois. Il a travaillé à la modernisation de la peinture chinoise. Wu Guanzhong rencontre Chu Teh-Chun lors de son service militaire, les deux artistes peintres y deviennent amis. Wu Guanzhong devient un artiste très en vue de la fin du 20e siècle. Il est l’un des rares peintres chinois contemporains qui bénéficie d’une audience internationale. En 1992, le British Museum à Londres a présenté, pour la première fois, une rétrospective du peintre de son vivant. En 1991, la France le le promeut officier des Arts et des Lettres. Ses idées sur la modernisation de la peinture chinoise, traitées et publiées dans les magazines d’art, notamment au sujet du Bi Mo (pinceau et encre), ont suscité de nombreux débats entre artistes et critiques d’art chinois. L'article paru dans la revue Meishu (Beaux-arts ) a eu, dès sa parution en 1979, un impact considérable car il portait sur des valeurs formelles alors que celles-ci avaient été condamnées pendant la révolution culturelle. En 1978, de nombreux intellectuels victimes de la révolution culturelle sont réhabilités. L'année 1979 sert aujourd'hui, pour de nombreux analystes et historiens d'art, de point de départ à l'art contemporain chinois, et la position novatrice à ce moment-là de Wu Guanzhong, fut pour beaucoup à cette inversion de tendance. Le travail de Wu Guanzhong est le fruit de deux influences. Celle de sa propre culture, issue en particulier de l’art lettré, et celle de l’impressionnisme, qu’il a notamment découvert en France. Il a fait preuve d’une maîtrise exceptionnelle dans les domaines de la peinture à l'huile, des lavis, des aquarelles et des croquis. Il aborde ses œuvres sous un angle moderne tout en conservant l’influence de l’esthétique chinoise, fondatrice de sa propre culture.
 Sa première exposition en France a eu lieu à Paris au musée Cernuschi en 1993. Le premier catalogue français de peintures de Wu Guanzhong a été publié aux Éditions de la Différence.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

Monday, May 6, 2024

CAP CANAILLE (2) PEINT PAR PAUL SIGNAC


PAUL SIGNAC (1863-1935) Cap Canaille (368 m) France   In Cassis, Cap Lombard, Opus 196, 1889,  Gemeentemuseum Den Haag
 
 
PAUL SIGNAC (1863-1935)
Cap Canaille (368 m)
France

 In Cassis, Cap Lombard, Opus 196, 1889,  Gemeentemuseum Den Haag

A propos de cette toile
Paul Signac, très enthousiasmé par Cassis et ses environs, y a réalisé cinq tableaux (voir l'un des cinq). Signac a décrit ce tableau dans une lettre à Vincent van Gogh : « Blanc, bleu, orange, harmonieusement dispersés dans de jolies ondulations. Tout autour des montagnes aux courbes rythmées. » En réalité ce Cap Lombard n'existe plus sous cette appellation et c'est du Cap Canaille qu'il s'agit.

Le relief
Le cap Canaille (368 m) est situé dans les Bouches-du-Rhône,  département de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur en France. Il est inséré dans le Parc national des Calanques. Il se situe sur la commune de Cassis, au nord-ouest de celle de La Ciotat. Sa roche qui tire vers le rouge est composée de calcaires détritiques. S'avançant dans la mer Méditerranée, il est constitué de rivages rocheux et escarpés dominés par l'extrémité occidentale des falaises Soubeyranes. Ces dernières constituent les plus hautes falaises maritimes de France (avant celles d'Étretat et du cap Blanc-Nez avec une altitude maximale de 394 mètres1, ainsi que les quatrièmes plus hautes d'Europe. Une route, la D141 dite « route des Crêtes », relie Cassis à la Ciotat en s'approchant du bord de la falaise ; plusieurs belvédères y sont aménagés.
Son nom est dû à une déformation du provençal Cap Naio, « Cap Naille » en français, mal compris par les topographes français ; à rapprocher de Aïl qui est lié à la notion de sommet (Cap d'Ail, dans les Alpes-Maritimes, à l'ouest de Monaco).


Le peintre
Paul Signac, travaille avec Seurat et Pissarro, avec qui il va former le groupe des « impressionnistes dits scientifiques ». Il se convertit très vite à la pratique de la division scientifique du ton. La technique empirique du pointillisme consiste à diviser les tons en de toutes petites taches de couleurs pures, serrées les unes contre les autres, afin que l’œil du spectateur, en les recomposant, perçoive une unité de ton. Signac et les néo-impressionnistes pensent que cette division des tons assure d'abord tous les bénéfices de la coloration : le mélange optique des pigments uniquement purs permet de retrouver toutes les teintes du prisme et tous leurs tons. La séparation des divers éléments (couleur locale, couleur d'éclairage et leurs réactions) est aussi assurée, ainsi que l'équilibre de ces éléments et leur proportion, selon les lois du contraste, de la dégradation et de l'irisation. Enfin, le peintre devra choisir une touche proportionnée à la dimension du tableau7. En 1885, son intérêt pour « la science de la couleur »le pousse à se rendre aux Gobelins où il assiste à des expériences sur la réflexion de la lumière blanche.
Il fait son premier tableau divisionniste en 1886

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau 

Friday, May 3, 2024

HORSESHOE BEND PEINT PAR WILLIAM NICHOLSON


WILLIAM NICHOLSON (1872–1949) Horseshoe Bend, Shirehampton Royaume Uni  In Snow in the Horseshoe,  oil on canvas, 1927, Private Collection
 
WILLIAM NICHOLSON (1872–1949)
Horseshoe Bend, Shirehampton (nd)
Royaume Uni

In Snow in the Horseshoe,  oil on canvas, 1927, Private Collection


Le relief
Horseshoe Bend, Shirehampton est un site biologique d'intérêt scientifique spécial de 11 acres (4,45 hectares) situé à Bristol, en Angleterre, sur la rive nord d'un tronçon inférieur de marée de la rivière Avon, à 3,1 kilomètres en aval. des gorges d'Avon et juste à l'est de Shirehampton.
Le site est constitué d'une falaise boisée et d'un étroit marais salant. Les roches sous-jacentes sont du grès du Dévonien et du calcaire du Carbonifère, recouverts de conglomérat dolomitique du Trias.
La végétation des marais salants, qui s'étend au pied de la falaise, est composée majoritairement d'aster marin (Aster tripolium) et de scurvygrass anglais (Cochlearia anglica). Il existe cependant également deux espèces de plantes vasculaires rares à l'échelle nationale : l'oreille de lièvre mince (Bupleurum tenuissimum) et l'orache à longues tiges (Atriplex longipes).


Le peintre
William Nicholson est un peintre graveur et illustrateur britannique entre autres de livres pour enfants. William Nicholson reçut d'abord l'enseignement du peintre paysagiste anglais William Cubley (1816-1896) avant d'intégrer l'école d'art de Hubert von Herkomer où il rencontra Mabel Pryde (1871-1918), qu'il épousa quelque temps plus tard et qui devint également peintre. Elle donna naissance à Ben Nicholson, l'un des maîtres de l'art abstrait à ses débuts et à trois autres enfants : Antony, Anne Mary  qui épousa le poète Robert Graves et enfin, Christopher qui devint designer. Durant l'automne 1891, William Nicholson est à Paris, pour suivre les cours de l'Académie Julian, avant de s'en retourner vivre à Newark. En 1894, il ouvre un atelier avec l'artiste James Pryde, le frère de sa future épouse : tous deux signent leurs travaux « J. W. Beggarstaffs » et produisent pendant sept années une importante quantité d'affiches très marquées par le style Art nouveau mais qui s'en distinguent nettement par une utilisation novatrice des traits et des aplats.
Entre 1898 et 1900, plusieurs ouvrages de Nicholson paraîtront chez des éditeurs français et Jules Chéret reproduit six des affiches du duo dans sa revue Les Maîtres de l'affiche (1895-1900). En avril 1905, il expose à la galerie Barbazanges.
En 1919, William se remarie avec Édith Stuart-Wortley, également peintre. Ils eurent une fille, Liza. Les premiers livres pour enfants de William Nicholson datent de cette époque.En 1928, il remporte la médaille d'or catégorie « arts graphiques » dans le cadre des compétitions artistiques lors des Jeux olympiques d'Amsterdam.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

Tuesday, April 30, 2024

LA MONTAGNE SAINTE VICTOIRE PEINTE PAR PABLO PICASSO

PABLO PICASSO (1881-1973) Montagne Sainte Victoire / Mont Venturi (1011m) France (Provence Alpes Côte d'Azur)    In Le Village de Vauvenargues, 29–30 Avril 1959, Collection privée

PABLO PICASSO (1881-1973)
Montagne Sainte Victoire / Mont Venturi (1011m)
France (Provence Alpes Côte d'Azur) 

 In Le Village de Vauvenargues, 29–30 Avril 1959, Collection privée



La montagne
La montagne Sainte-Victoire, en provençal Mont Venturi est un massif calcaire du sud de la France, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Située à l'est d'Aix-en-Provence, elle a connu une notoriété internationale en partie grâce aux 87 œuvres du peintre Paul Cézanne dont elle est le sujet. Elle accueille de nombreux randonneurs, grimpeurs et amoureux de la nature, et elle est un élément majeur du paysage aixois. Le massif de la Sainte-Victoire s'étend sur 18 kilomètres de long et sur 5 kilomètres de large, suivant une stricte orientation ouest-est. Il se situe principalement dans le département des Bouches-du-Rhône et en partie dans celui du Var, et, avec ses abords, sur les communes de Puyloubier, Saint-Antonin-sur-Bayon, Rousset, Châteauneuf-le-Rouge, Beaurecueil, Le Tholonet, Vauvenargues, Saint-Marc-Jaumegarde, Pourrières, Artigues et Rians. Les D 10 et D 17 (Route Cézanne) sont les principales routes qui permettent de longer le massif. Sur le versant septentrional, la D10 franchit le col de Claps (530 m) et le col des Portes (631 m). Sur le versant méridional, la D 17 chemine sur le plateau du Cengle et franchit le collet Blanc du Subéroque (505 m). Le massif culmine au pic des Mouches (1 011 m pour l'IGN), près de l'extrémité est de la chaîne, et non pas à la Croix de Provence (946 m pour l'IGN) proche de l'extrémité ouest et visible d'Aix. Le pic des Mouches est l'un des plus hauts sommets du département des Bouches-du-Rhône, après le pic de Bertagne qui atteint l'altitude de 1 042 mètres et qui se situe sur le massif de la Sainte-Baume.

Le peintre
Pablo Ruiz Picasso,  est un peintre, dessinateur, sculpteur et graveur espagnol ayant passé l'essentiel de sa vie en France. Artiste utilisant tous les supports pour son travail, il est considéré comme l'un des fondateurs du cubisme avec Georges Braque et un compagnon d'art du surréalisme. Il est l'un des plus importants artistes du xxe siècle, tant par ses apports techniques et formels que par ses prises de positions politiques. Il a produit près de 50 000 œuvres dont 1 885 tableaux, 1 228 sculptures, 2 880 céramiques, 7 089 dessins, 342 tapisseries, 150 carnets de croquis et 30 000 estampes (gravures, lithographies, etc.) Picasso vécut à Vauvenargues dans le château qu'il y avait acquis, entre 1958 et 1961.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau


 

 

Friday, April 26, 2024

LE MONT HOFFMANN PEINT PAR THOMAS COLE

THOMAS COLE (1801-1848) Mont Hoffmann (3,307 m) Etats Unis d'Amérique (Californie)  In View of Schroon Mountain, Essex County, New York, After a Storm , oil on board, 1898, 160 cm x 99 cm, Cleveland Museum of Art


THOMAS COLE (1801-1848)
Mont Hoffmann (3,307 m)
Etats Unis d'Amérique (Californie)

In View of Schroon Mountain, Essex County, New York, After a Storm , oil on board, 1898,
 160 cm x 99 cm, Cleveland Museum of Art


A propos de ce tableau

Grand défenseur de la nature sauvage américaine, Cole a déclaré : « Nous sommes toujours ici dans l' Eden » dans son Essai sur le paysage américain, publié deux ans avant de peindre cette vue des Adirondacks. L'artiste a esquissé la scène au début de l'été, mais lorsqu'il a créé le tableau dans son atelier, il l'a rendu avec l'éclat spectaculaire de couleurs automnales. Un tel choix avait probablement des connotations nationalistes ; il a un jour proclamé que l'automne était « une saison où la forêt américaine surpasse le monde entier en beauté ». Cole a inclus deux autochtones dans le feuillage du premier plan droit du tableau. À cette époque, les Adirondacks étaient encore le foyer de nombreux Amérindiens longtemps après que la plupart aient été expulsés de force des terres à l'est du fleuve Mississippi. Tout en continuant à vivre, chasser et pêcher dans la région, ces peuples algonquins et iroquois ont été contraints d'adapter considérablement leur existence au milieu de la colonisation et des industries forestières, minières et touristiques qui en découlèrent.

La montagne
Le mont Hoffmann (3,307m ) est un sommet de la Sierra Nevada, aux États-Unis.- dans le comté de Mariposa, en Californie, au sein de la Yosemite Wilderness, dans le parc national de Yosemite. Dans Un été dans la Sierra, paru en 1911, John Muir indique avoir randonné jusqu'au sommet du « mont Hoffman » le 26 juillet 1869-. Thomas Cole le surnomme Schrroon Mountain dans ce tableau. 

Le peintre
Thomas Cole, est un artiste américain, considéré comme le fondateur de la Hudson River School, école de peinture qui s'épanouit aux États-Unis dans la seconde moitié du A9e siècle. Les œuvres de Cole et ses amis se caractérisent par leur rendu réaliste et minutieux des paysages américains, notamment des régions sauvages, et témoignent à la fois de l'influence du romantisme et du naturalisme.  Cole fut avant tout paysagiste, il se consacre également à la peinture allégorique. La plus célèbre de ces allégories est un ensemble de cinq toiles, Le Cours de l'Empire (ou Destin des Empires), qui retrace l'évolution d'un même lieu de l'état sauvage à la naissance de la civilisation, son développement son déclin et sa mort. Cole a été inspiré par la lecture de l'Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain d'Edward Gibbon, publié entre 1776 et 1778. L'œuvre se trouve dans la collection de la Société d'Histoire de New York.  En 1827, Cole ouvre un studio dans une ferme à Cedar Grove dans la ville de Catskill, état de New-York. Il exécutera une grande partie de son œuvre dans ce lieu. En 1828, Cooper lui commande un paysage inspiré de ses romans, « sans les feuilles d’automne » du Paysage avec une scène du Dernier des Mohicans dont il juge l'effet trop voyant. Entre 1829 et 1832, il effectue un premier séjour en Europe, visitant notamment Londres, Paris et l'Italie. À Londres, il est attiré par les œuvres des paysagistes Turner et Constable. À Paris, il découvre les paysages classiques du 17e siècle et sera influencé par les œuvres de Claude Lorrain. En 1836, Cole épouse Maria Bartow, une des nièces de son propriétaire, faisant de Catskill son lieu de résidence principal. La jeune femme avait alors 23 ans et lui 35. Cole, qui s'intéressait également à l'architecture à une époque où cette profession était moins réglementée qu'aujourd'hui, participe au concours organisé en 1838 pour la construction du siège de l'exécutif à Columbus. Son projet obtint la troisième place et le monument final est une synthèse entre les projets des trois premiers lauréats. Le premier fils du couple, Theodore Alexander Cole, est né le 1er janvier de cette même année. L'année suivante naît Mary Bartow Cole, le 23 septembre 1839. Cole effectue alors un second séjour européen, d-e 1841 à 1842, accumulant les dessins et les esquisses dont il tirera les tableaux peints plus tard dans son studio de Catskill. Il exerce une influence significative sur ses pairs, notamment sur Asher Brown Durand, Jasper Francis Cropsey et Frederic Edwin Church. Ce dernier fut d'ailleurs son élève de 1844 à 1846. 

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

Monday, April 22, 2024

LE GLACIER DAVIDSON PEINT PAR THOMAS HILL



THOMAS HILL (1829-1908) Le Glacier Davidson (7, 4 km) Etats Unis d'Amérique (Alaska)  In The Davidson Glacier, oil on board 1888, The Gilcrease Museum, Tulsa, Oklahoma

THOMAS HILL (1829-1908)
Le Glacier Davidson (7, 4 km)
Etats Unis d'Amérique (Alaska)

In The Davidson Glacier, oil on board 1888, The Gilcrease Museum, Tulsa, Oklahoma

Le peintre
Thomas Hill est un peintre américain du 19e siècle, qui réalisa de nombreux tableaux du paysage californien, en particulier de la Vallée de Yosemite, ainsi que des Montagnes Blanches (New Hampshire).Hill est un peintre proche de l'Hudson River School. Il resta très attaché à la peinture des Montagnes Blanches durant toute sa carrière ; on le voit à travers des tableaux comme Le Mont Lafayette en hiver. Hill acquit la technique de la peinture en plein air ; ces peintures, faites sur le terrain, servaient d'esquisses à des tableaux plus grands. L'arrivée en Californie en 1861 lui donna de nouveaux matériaux pour sa peinture. Il appréciait les vues et les paysages monumentaux, à l'instar de Yosemite. Durant sa vie, ses peintures furent populaires en Californie et pouvaient s'élever à 10 000 US$. Ses plus réussies sont celles du Great Canon of the Sierra, de Yosemite, des Vernal Falls et de Yosemite Valley. Sa Vue de la Vallée de Yosemite de 1865 fut choisie comme arrière-plan de la table principale lors du repas inaugural de l'Investiture de Barack Obama en 2009, pour commémorer la signature en 1864 par Abraham Lincoln du Yosemite Grant. Mais The Last Spike (1881) est son tableau le plus connu ; il représente la cérémonie de jonction à Promontory Summit entre les chemins de fer de l'Union Pacific Railroad et la Central Pacific Railroad, constituant ainsi le premier chemin de fer transcontinental des États-Unis. Il est exposé au California State Railroad Museum de Sacramento.

Le glacier
Le glacier Davidson est un glacier d'Alaska aux États-Unis situé dans le borough de Haines. Long de 7,4 km, il s'étend depuis le chaînon Chilkat (chaîne Saint-Élie) jusqu'à 42 km de Skagway. Son nom lui a été donné en 1867 par l'United States Geological Survey en l'honneur de George Davidson (1825-1911). Il représente actuellement une importante destination touristique des environs de Haines.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau


Thursday, April 18, 2024

SIDONIA MENSAE / LE VISAGE DE MARS VU PAR NASA MARS GLOBAL SURVEYOR

MARS GLOBAL SURVEYOR (1996-2007) Sidonia Mensae nd) Planete Mars

MARS GLOBAL SURVEYOR (1996-2007)
Sidonia Mensae nd)
Planète Mars 


Le relief
Cydonia Mensae, connu aussi sous le nom de "Le Visage de Mars" est un relief martien situé dans le quadrangle de Mare Acidalium. Il est à l'origine d'un exemple de paréidolie. Le 25 juillet 1976, au cours de sa 35e orbite, l'orbiteur Viking 1 survole Mars autour du 41° de latitude nord. C'est lors de ce passage qu'est pris le fameux cliché du « visage de Mars ». Si les scientifiques y voient un banal jeu d'ombres et lumière sur le relief, à l'époque, certains passionnés de vie extraterrestre ont cru y déceler une structure artificielle. Depuis, de nouvelles photos du visage prises par la sonde Mars Global Surveyor avec une résolution bien supérieure ont montré qu'il s'agit d'une colline érodée. Dans la zone de Cydonia à proximité du « visage », un peu plus au sud-ouest, il y a une autre colline ressemblant à une pyramide à cinq faces, mise en évidence par Vincent DiPietro et Gregory Molenaar et nommée en conséquence D&M. Les spéculations autour de ce « visage » atteignent un tel niveau que la NASA en fait une des cibles prioritaires de son nouvel orbiteur, Mars Global Surveyor. Jim Garvin, chef scientifique du programme d'exploration de Mars de la NASA, déclare « nous avons photographié le « visage » dès que nous avons pu en avoir un bon aperçub ». Ainsi, le 5 avril 1998, soit 22 ans après les images prises par Viking 1, Mars Global Surveyor photographie la région avec une résolution dix fois supérieure à celle de Viking 1, grâce son imageur Mars Orbiter Camera. Comme attendu, le cliché ne dévoile qu'un massif montagneux classique et aucun signe d'un éventuel visage. 


La mission
Mars Global Surveyor (MGS) également désignée par son sigle MGS, est une mission spatiale développée par le centre JPL de la NASA qui a étudié de 1997 à 2006 l'atmosphère et la surface de la planète Mars en circulant sur une orbite héliosynchrone autour de celle-ci. La sonde spatiale devait répondre aux nombreuses interrogations soulevées par les données collectées dans le cadre du programme Viking lancé 20 ans auparavant portant sur l'histoire de la planète, la structure de sa surface et de son atmosphère ainsi que sur les processus dynamiques encore à l’œuvre. L'agence spatiale américaine lance la conception de Mars Global Surveyor en 1994 à la suite de l'échec de la mission martienne Mars Observer. MGS reprend les principaux objectifs de celle-ci, mais, afin de limiter son coût, la sonde spatiale réutilise les instruments et les équipements développés pour Mars Observer. Elle est construite et testée en un temps record puis lancée en novembre 1996. Pour se placer sur son orbite de travail autour de Mars, la sonde spatiale inaugure le recours à l'aérofreinage qui permet de réduire la quantité d'ergols transportée et donc d'abaisser les coûts. Le déploiement incomplet d'un panneau solaire rallonge la phase d'aérofreinage qui s'achève en février 1999, soit 15 mois après la date prévue. La phase de recueil des données scientifiques débute alors et se prolonge jusqu'en octobre 2006 établissant un nouveau record de longévité. Les découvertes réalisées grâce à la mission et les images spectaculaires prises par la caméra contribuent à renouveler l'intérêt des scientifiques mais également du grand public pour la planète Mars. L'altimètre laser de MGS dresse la première carte topographique de la planète mettant en évidence les différences spectaculaires entre les hémisphères nord et sud. Le spectromètre infrarouge TES découvre des régions où abonde l'hématite grise qui pourrait signaler la présence d'eau dans le passé et qui, à ce titre, fera l'objet d'investigations poussées par les missions spatiales suivantes. Le magnétomètre détecte un magnétisme rémanent présent dans la croute de certaines régions qui constitue sans doute le vestige d'un champ magnétique qui s'est éteint il y a 4 milliards d'années. Enfin, la caméra MOC fournit des images haute définition qui démontrent la complexité des paysages martiens, permettent de découvrir de nombreuses formations originales comme les traînées noires, les ravines associées potentiellement à la présence d'eau dans un passé lointain ou non, et plus généralement contribuent à reconstituer l'histoire de la planète. 

______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

Sunday, April 14, 2024

LE PIC ALEXANDRA PHOTOGRAPHIÉ PAR VITTORIO SELLA EN 1906

VITTORIO SELLA (1859-1943) Alexandra Peak / Mount Stanley (5, 091m) Congo - Uganda border  In Alexandra peak , western glacier, photographie à la chambre, 1906

VITTORIO SELLA (1859-1943)
Alexandra Peak / Mount Stanley (5, 091m)
Congo - Uganda border

In Alexandra peak , western glacier, photographie à la chambre, 1906


Le photographe
Vittorio Sella est un alpiniste et photographe italien qui a hérité sa passion pour la montagne de son oncle, Quintino Sella, fondateur du Club Alpin Italien. Il accomplit de nombreuses ascensions remarquables dans les Alpes, le premier hivernage au Cervin et au Mont Rose (1882) et la première traversée hivernale du
Mont Blanc (1888) et des Rouies (1900).
Il participe à diverses expéditions hors d'Italie :
- Trois dans le Caucase en 1889, 1890 et 1896 où un sommet porte encore son nom ;
- L'ascension du Mont Saint Elias en Alaska en 1897 ;
- Sikkim et Népal en 1899 ;
- Gravit le mont Stanley en Ouganda en 1906 lors d'une expédition dans le Rwenzori ;
- Reconnaissance au K2 en 1909 ;
- Au Maroc en 1925.
Lors d'expéditions en Alaska, en Ouganda et au Karakoram, il accompagne le duc des Abruzzes, le prince Luigi Amedeo di Savoia.
Sella continue la pratique de l'escalade jusqu'à ses vieux jours, complétant sa dernière tentative sur le Cervin à l'âge de 76 ans ; une ascension dont il a dû interrompre la montée suite à un accident dans lequel l'un de ses guides s'est blessé. Il mourut dans sa ville natale pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa collection photographique est désormais gérée par la Fondation Sella.
Ses photos de montagne sont encore aujourd'hui considérées comme parmi les plus belles jamais réalisées.
Jim Curran estime que « Sella reste probablement le plus grand photographe de montagne. Son nom est synonyme de perfection technique et de raffinement esthétique. »
La qualité des images de Vittorio Sella s'explique en partie par l'utilisation d'une caméra de visualisation 30 × 40 cm, malgré la difficulté de transport d'un tel appareil, à la fois lourd et fragile dans des endroits inaccessibles ; pour pouvoir le transporter en toute sécurité, il a dû fabriquer des pièces spéciales pouvant être rangées dans des sacoches. Ses photographies ont été largement diffusées, soit dans la presse, soit dans les galeries, et ont été unanimement saluées ; Ansel Adams, qui a pu en admirer trente et un lors d'une exposition organisée au Sella American Sierra Club, a déclaré qu'ils lui avaient inspiré « un sentiment d'émerveillement religieux ». Beaucoup de ses clichés ont été pris en montagne pour la toute première fois dans l'Histoire, ce qui leur confère une grande valeur artistique, historique mais aussi scientifique ; par exemple, on pourrait mesurer le déclin des glaciers du Rwenzori en Afrique centrale.

La montagne
Le pic Alexandra (5 091 m) fait partie du mont Stanley situé dans la chaîne du Rwenzori, la plus haute montagne de la République démocratique du Congo et de l'Ouganda, et la troisième plus haute d'Afrique, après le mont Kilimandjaro (5 895 m). et le mont Kenya (5 199 m).
Le mont Stanley se compose de deux sommets jumeaux et de plusieurs sommets inférieurs qui sont :
Pic Margherita (5 109 m), Pic Alexandra (5 091 m), Pic Albert (5 087 m), Pic Savoia (4 977 m - 16 330 pieds), Pic Ellena (4 968 m - 16 300 pieds), Elizabeth Peak (4 929 m), Phillip Peak (4 920 m), Moebius Peak (4 916 m) et Great Tooth (4 603 m).
Le pic et plusieurs autres sommets environnants sont suffisamment hauts pour supporter des glaciers. Le mont Stanley doit son nom au journaliste et explorateur Sir Henry Morton Stanley. Il fait partie du parc national des Monts Rwenzori, un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Le mont Stanley a été escaladé pour la première fois en 1906 par le prince Luigi Amedeo di Savoia, duc des Abruzzes (1873-1933), J. Petigax, C. Ollier et J. Brocherel. Il est également connu pour ses explorations de l'Arctique et pour ses expéditions d'alpinisme, notamment au Mont Saint Elias (Alaska-Yukon) et au K2 (Pakistan-Chine). Margherita Peak doit son nom à la reine Margherita d'Italie, cousine du prince.

 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau


Wednesday, April 10, 2024

LE MONT SINAÏ/ JABAL MUSA PEINT PAR DAVID ROBERTS

 

DAVID ROBERTS ( 1796-1864) Mont Sinaï / Jabal Musa (2,285 m) Egypte  In " Ascent of the Lower Range of Sinai, February 18th 1839"  1849

DAVID ROBERTS ( 1796-1864)
Mont Sinaï / Jabal Musa (2,285 m)
Egypte

In " Ascent of the Lower Range of Sinai, February 18th 1839" , Lithographie de Louis Hague, 1849

La montagne
Le mont Sinaï (2 285 m  ou Jabal Mūsā ou Gabal Mūsā (en arabe : "Montagne de Moïse" ou "Mont Moïse"), également connu sous le nom de Mont Horeb ou Jebel Musa (une montagne du même nom au Maroc), est une montagne dans la péninsule du Sinaï en Égypte. Elle est considérée comme l'emplacement le plus probable du mont Sinaï ,la montagne sacrée décrite dans la Bible. Ce dernier est mentionné à plusieurs reprises dans le Livre de l'Exode (et d'autres livres de la Bible) ainsi que dans le Coran. Selon la tradition juive, chrétienne et islamique, le mont Sinaï est le lieu où Moïse a reçu les Dix Commandements, les Tables de la Loi.
Le mont Sinaï est une montagne modérément élevée près de la ville de Saint Katherine dans la région du Sinaï. Il est situé juste à côté du mont Katherine (2 629 m - 8 625 pieds), le plus haut sommet d'Égypte.
Les roches du mont Sinaï se sont formées à la fin de l'évolution du bouclier arabo-nubien (ANS). Le mont Sinaï présente un complexe annulaire composé de granites alcalins pénétrés dans divers types de roches, y compris des roches volcaniques. Les granites varient en composition du syénogranite au granit de feldspath alcalin. Les roches volcaniques sont alcalines à hyperalcalines et elles sont représentées par des coulées et des éruptions subaériennes et du porphyre subvolcanique. En général, la nature des roches exposées du mont Sinaï indique qu'elles proviennent de profondeurs différentes.
Il y a deux routes principales vers le sommet. La route la plus longue et la moins profonde, Siket El Bashait, prend environ 2, heures et demi à pied, bien que des chameaux puissent être utilisés. La route la plus raide et la plus directe (Siket Sayidna Musa) monte les 3 750 "marches de pénitence" dans le ravin derrière le monastère.
Le sommet de la montagne comporte une mosquée qui est encore utilisée par les musulmans. Il possède également une chapelle orthodoxe grecque, construite en 1934 sur les ruines d'une église du 16e siècle, qui n'est pas ouverte au public. La chapelle renferme le rocher qui est considéré comme l'endroit où furent remise à Moïse, les Tables de la Loi. Au sommet se trouve également la "Grotte de Moïse", où Moïse aurait attendu avant de recevoir les Dix Commandements. 

Le peintre
Son travail commence à être connu et apprécié. En 1824, il rencontre Charles Dickens qui le prend en sympathie et l’introduit dans le monde. Il fait la connaissance de William Turner qui lui conseille de voyager : « c’est à l’étranger qu’on apprend la peinture ». La peinture l’attire et il commence ses voyages
Il quitte Londres en août 1838, traverse la France, embarque à Marseille et parvient à Alexandrie, après une escale à Malte le 24 septembre. Il se rend immédiatement au Caire et il loue un bateau avec douze hommes d’équipage pour remonter le Nil. Il parvient à l’extrême Sud de son voyage, à Abou Simbel, en Nubie le 8 novembre. À l’aller comme au retour, il fait une grande quantité de dessins et d’aquarelles des grands sites égyptiens. La grande surprise vient de la taille gigantesque des monuments. Il ne manque pas de dessiner des personnages devant pour montrer l'échelle. Il note dans son journal « Nous sommes un peuple de nains visitant une nation de géants ». Certains temples sont encore ensablés quand il les dessine. L’ensablement était une méthode de construction. N’ayant pas de moyens de levage, on construisait des rampes de sable, pour monter les pierres sur des rondins, jusqu’à les poser sur les pierres précédentes. À la fin de la construction, on désensablait le temple et il apparaissait alors dans sa taille impressionnante. Le temple d’Edfou est un exemple de cet ensablement. Les vents de sable, depuis l’Antiquité ont aussi une part de responsabilité dans cet ensablement, l’extérieur du temple d’Abou Simbel en est un autre exemple.
Il revient au Caire le 21 décembre avec plus de cent dessins et aquarelles, et séjourne là jusqu’à son départ en Terre Sainte. Introduit dans le milieu arabe, il fait de nombreux croquis et aquarelles au Caire, y compris dans les mosquées.
Il écrit : « Je suis le premier artiste, du moins anglais, à être venu ici. Les travaux des Français ne donnent pas l’impression de ces vestiges admirables comme je le sais maintenant »
Avec deux compagnons anglais, il part pour la Terre Sainte le 7 février 1839. Ils sont accompagnés de cinq serviteurs armés. Ils portent tous un costume local et sont portés par des chameaux. Ils vont jusqu’à Baalbek, mais il tombe malade et décide le 8 mai de repartir pour Beyrouth, puis de gagner Alexandrie et revenir en Angleterre
Il arrive à Londres, après deux escales, à Malte et Gibraltar, le 21 juillet 1839. Il montre ses œuvres originales, en obtient un grand succès et il est élu membre de la Royal Academy (RA) le 10 février 1841.
Il se met ensuite au travail avec Louis Haghe pour son grand œuvre, un recueil de 247 lithographies, gravées par son ami Louis Hague, d’après ses croquis et aquarelles. Louis Hague est le fils d’un architecte et il a appris la gravure. Mais l’influence de son père est notable, les lithographies doivent beaucoup aux rendus des dessins d’architecture. Le trait a beaucoup d’importance et les œuvres ressemblent à des gravures aquarellées. 
 
 ______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau

 

Sunday, April 7, 2024

JEBEL AÏSSA  PEINT PAR  AZOUAOU MAMMERI

AZOUAOU MAMMERI (1890-1954) Jebel Aïssa (2,236 m- 7,336ft) Algérie  In Le Bouvier Et Son Troupeau, Musée national des Beaux Arts d'Alger, Belouizdad

AZOUAOU MAMMERI (1890-1954)
Jebel Aïssa (2,236 m- 7,336ft)
Algérie

In Le Bouvier Et Son Troupeau, Musée national des Beaux Arts d'Alger, Belouizdad

La montagne
Jebel Aïssa (2 236 m) en arabe جبل عيسى‎ ou Mont Issa est une montagne située à l'ouest de l'Algérie,  la 4ème plus haute du pays. Elle fait partie de la chaîne des Ksour de l'Atlas saharien, au sein du plus grand système montagneux de l'Atlas. Le Jebel Aïssa est situé dans la province du Naâma et constitue l'un des principaux sommets des montagnes de l'Atlas saharien.
Le parc national de Jebel Aissa est une zone protégée au sein de la montagne depuis 2003.
La chaîne des Ksour (جبال القصور‎) ou Jebel Ksour, s'étendant sur les provinces de Béchar et d'El Bayadh, c'est la chaîne la plus occidentale de l'Atlas saharien, avec la chaîne de l'Amour plus à l'est.
L'art néolithique, sous forme de pierres gravées représentant des chevaux, des éléphants et d'autres animaux, se retrouve dans différentes grottes et parois à travers le massif (comme à Thyout).

Le peintre
Azouaou Mammeri (en kabyle: Azwaw At Mɛemmer,),  est un peintre algérien.Issu de la tribu des Aït Yenni, il est le plus illustre représentant de la famille Mammeri qui, depuis les débuts de la présence française en Kabylie a fourni de nombreux Amin-El-Oumena et des caïds à l'administration. Il appartient à la même famille que l'écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri. Son petit-fils Azwaw Mammeri (1954-2021), qui signe « Azwaw », est également peintre.
De 1906 à 1909 il suit les cours de l'École Normale d'Alger (Bouzaréah) et part visiter la France avec un groupe d'élèves.
Il est nommé instituteur en octobre 1909 à Toudja, près de Béjaia. Il y fait la connaissance d'Édouard Herzig qui le conseille à ses débuts de peintre.
En 1913 il est nommé à Gouraya entre Cherchell et Ténès et y est remarqué par Léon Carré qui lui fait partager durant huit mois son savoir pictural.
En 1916 il se rend à Fès auprès de son cousin précepteur du prince Mohamed (futur Mohamed V) fils du Sultan Moulay Youssef, et il est successivement professeur à Fès et Rabat, puis professeur de dessin d'ornement au collège musulman de Rabat.
En 1921 Léonce Bénédite acquiert pour le Musée du Luxembourg ses deux premières toiles exposées. Revenu en Algérie en 1922, rappelé comme caid du douar des Beni-Yenni, Azouaou Mammeri obtient en 1922 du Gouvernement général d'Algérie une bourse d'études pour l'Espagne dont il ramène en 1924 de nombreuses toiles peintes à Cordoue, Grenade, Séville ou Tolède. Il retourne au Maroc en 1927, et occupe les postes de professeur de dessin à Fez, d'inspecteur régional des arts indigènes à Rabat en 1928, et le 1er janvier 1929 est nommé inspecteur des arts marocains à Marrakech poste qu'il conservera jusqu'en 1948. Il fonde après sa retraite un musée des Arts indigènes à Dar Si Said (Marrakech), une école et des orchestres de musique andalouse et de chants berbères, disposant d'une émission hebdomadaire sur Radio Rabat.
Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur en 1950.
Il sera également illustrateur pour Jérôme Tharaud (Marrakech ou les seigneurs de l'Atlas, 1920), et Thérèse Gadola (La féerie marocaine).
Azouaou Mammeri est représenté à l'exposition des « Peintres algériens » organisée en 1963 à Alger pour les « Fêtes du 1er novembre » .


______________________________________

2024 - Gravir les montagnes en peinture
Un blog de Francis Rousseau